THE APARTMENTS
« A TALE OF TWO CITIES »

Artwork : Pascal Blua & Stéphane Constant
Sérigraphie : Dezzig (2015)

À PROPOS

Après 18 ans d’absence discographique, The Apartments était de retour au printemps 2015, avec un fabuleux cinquième album, No Song, No Spell, No Madrigal, publié sur le label parisien Microcultures. Au même moment à New York, le label Captured Tracks rééditait le premier album du groupe The Evening Visits… And Stays for Years, devenu un classique depuis sa sortie en 1985. Un heureux hasard que l’on se devait de célébrer !
Cette sérigraphie est une allégorie de l’univers si particulier de Peter Milton Walsh. Un univers qui brille de références musicales, littéraires et cinématographiques. Un univers où les personnages des grands romanciers américains déambulent dans les films de la Nouvelle Vague française. Où le présent se vit comme un passé sublimé.
 
30 ans : 1985-2015
Deux villes : Paris et New York


30 ans, 1985-2015. Et « seulement » 5 albums. Un jardin secret pour beaucoup. De ces albums, auxquels on reste profondément attaché, vers lesquels on revient par besoin, parce qu’ils nous lient à la vie.
Deux villes, Paris et New York. Un pont par delà l’Atlantique, qui égraine les mélodies d’un piano-livre, où le passé rejoint le présent, où les souvenirs croisent les rêves. Un lien tendu entre les ruelles new-yorkaises, où s’élève le fantôme du « Sunset Hotel » (un des morceaux phares du premier album) et les toits parisiens où un chat promène son élégante errance.
A Tale of Two Cities. Ce titre, fait bien sur référence au roman de Charles Dickens, mais c’est aussi un clin d’oeil au titrage de West Side Story. La construction typographique est comme un élastique entre les deux villes, comme un lien entre le passé et le présent.
Cette sérigraphie est pour moi, pour nous, un nouvel hommage aux souvenirs et aux rêves que l’on partage avec l’immense Peter Milton Walsh.

Pascal Blua